Ce projet a vu le jour grâce à la volonté du Gouvernement camerounais de renforcer sa coopération pour le développement avec la Belgique. Une mission d’envergure sans précédent regroupant tous les recteurs des universités d’état et deux universités privées avait été autorisée par le Pr Jacques FAME NDONGO, Ministre de l’Enseignement Supérieur sous l’initiative de l’Ambassade du Cameroun à Bruxelles et de l’Université Libre de Bruxelles en Avril 2014. Au cours de cette visite, de nouvelles conventions avaient été signées entre les institutions et celles existantes avaient été renforcées. Conformément à la volonté du Chef de l’Etat, Président Paul BIYA, de mettre à contribution la diaspora camerounaise dans le développement de leur pays d’origine, une réunion à Bruxelles avec les délégations des recteurs avait permis de dévoiler l’étendu de la diversité et de la qualité de l’expertise de la ressource humaine au sein la communauté camerounaise de Belgique. Dans l’objectif de rehausser le partenariat entre l’ULB et l’UD, le Pr Jacob SOUOPGUI a reçu le soutien de l’ULB, son université et, précieusement grâce à Mr John P. MONROE, celui de la firme pharmaceutique COVIDIEN-MEDTRONIC pour monter une plateforme de formation en chirurgie laparoscopique en Faculté de Médecine de l’UD. Un excellent consortium comprenant les universités camerounaises et belge ainsi que des organisations non universitaires régorgeant des académiques et experts en laparoscopie ont été unamimement intéressées au projet. La masse critique de ressources humaines mobilisées a permis au Pr SOUOPGUI, Pr Jean CLOSSET, Pr Yvon ENGLERT, Pr Guy-Bernard CADIERE, Pr Emile MBOUDOU et leurs collègues de monter le projet de formation sud (PFS)-Laparoscopie fortement supporté par le Pr Dieudonné OYONO, ancien Recteur de UD, Pr Albert MOUELLE SONE, Doyen of the Faculty of Medicine, et Dr Guy SANDJON, Président de l’Ordre National des Médecins du Cameroun (ONMC). Soumis à la Coopération Belge pour le Développement via l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES), ce projet a été positivement évalué et sera financé par un investissement direct de la coopération universitaire (ARES-CCD) soutenu par les autorités belges (Coopération belge au développement), et par un investissement direct d’ « Erasme-coopération » et du « Fosfom-ULB ».  A noter, (1) quatre chirurgiens camerounais sont actuellement en formation d’une année dans les hôpitaux universitaires belges depuis Octobre 2015 grâce au soutien spécial du Pr ENGLERT, Administrateur du FOSFOM (fond de soutien à la formation médicale) et deux autres bourses seront attribuées pour l’année académique 2016-2017; (2) la formation sera de haut niveau au bénéfice des patients et les participants seront initialement formés sur le modèle non-human incluant le pelvic trainer, simulateurs et animaux (chochon), grâce au Centre de Formation Covidien-Medtronic & ARES qui sera fonctionnel en Faculté de Médecine à Logbessou à Douala. Ce projet a pour objectif de renforcer les compétences des professionnel de la santé dans la région sub-Saharienne en général et au Cameroun en particulier. A cette faim, un programme de formation de niveau master sera établi à l’UD pour les chirurgiens et un autre à l’Institut Universitaire Evangélique du Cameroun (IUEC) de Bandjoun pour former les paramédicaux de blocs opératoires. Ces programmes de master seront structurés pour ouvrir à la formation doctorale. De cette facon , nous espérons contribuer significativement au transfert Nord-Sud de technologie, à la relève académique, et ainsi appuyer les autorités de santé dans leur but d’offrir les meilleurs soins de santé à la population et de réduire les évacutions sanitaires à partir de l’Afrique.